Accueil > Nouvelles > Claires

Claires

radafionie
11 octobre 2018, par Dominique

diffusion le dimanche 28 octobre à 23h sur France-Culture
podcast ensuite sur le site : creation-air

production Dominique Meens
réalisation Gaël Gillon

J’ai lu Paludes, oui, aurais-je pu répondre à René Ehni quand il interrogeait famille, voisins et amis : « Avez-vous lu Paludes ? ». C’est d’avoir lu Paludes qu’inconsciemment gouverné par le décor où je plantais le monstre de Claires, savoir les marais oléronnais, quelque peu enchinoisés par la présence non loin d’un poète et peintre à l’encre de chine, Claude Margat, je lui donnais le tempérament de Tityre, l’homme de Virgile, qui, dans sa tour, regardait les marécages, celui dont il s’agit précisément dans l’ouvrage d’André Gide.
C’est pourquoi également m’est venue cette idée d’une radiophonie où nous pourrions l’entendre, d’abord sur fond sonore réaliste, pris par exemple de très bon matin dans les remparts du Château d’Oléron, puis de façon beaucoup plus libre, quand il se déclare ce qu’il est, savoir un monstre assez dangereux, proche de certaines créatures décrites par Antoine Volodine.
Enfin, sur les conseils de Jacques Rivette et Jean Eustache, je crois bon de révéler les fonds sur lesquels de telles fantaisies surgissent, comme nénuphars cherchant la lumière. Aussi ai-je préparé un échange à trois voix, celle du monstre lui-même, du narrateur de Gide, et de l’enquêteur de Ehni. Ce dialogue, qui révélant tout en cache tout autant, est enregistré chez soi, dans le monde réel, un monde réel qui en devient très étranger.

Bibliographie :
André Gide, Paludes, Folio.
René-Nicolas Ehni, Pintades, Christian Bourgois.
Claude Margat, Poussière du Guangxi, La Différence.

Discographie :
Britten, Our Hunting Fathers, on choisira comme ici l’interprétation de Peter Pears, ou celle de Ian Bostridge.
Morgan Ågren, Alap clav, Batterie Deluxe.
Les enregistrements de D.M. sont archivés sous les titres suivants : Seconde critique du Pouillot, Finlande 2014 ; Fauvette aux remparts, France 2018 ; Un trou dans la digue, France 2018.
Les machines du scherzo final ont été enregistrées par Jan Eerala aux environs de Pori, en Finlande ; à voir et entendre sur son site internet : rupuranta.net

Illustrations
photographies de Jan Eerala, peintures Michaël McGriff


article précédent : Au Désert - Scène 6

article suivant : L’île lisible