Accueil > Tout Gorgé Meens > Suite à Bercé

Suite à Bercé

2011 - musique Gorgé livret Meens
21 février 2014, par Francis


On trouvera ici les mélodies de Gorgé-Meens issues de l’Orée de Bercé, une belle forêt domaniale des bords du Loir.

Le vers forme des sonnets, que la musique éclaire.

N’est-ce pas un des rares exemples où librettiste et compositeur travaillent en réelle collaboration ?

De là sont venus plus tard "Les embrasseurs d’arbres".

Bonne promenade.




Grâce au lecteur ci-dessous, vous écouterez la suite complète.





1. Grand bruit de forêt

musique Gorgé livret Meens

un grand vent là-dessus de grand renfort
je les entends qui les bois remués
aucun ne gémit vibrants font grand bruit
tout est grand tout agrandit la rumeur

une douleur non soit un beau réveil
tonitruant dans les graves méchants
d’un océan loin l’aigu chez les pins
l’averse drue cymbale les troncs luisent

eux inaudibles le sol en jouait
ces basses me remontent par les pieds

le soleil tonne éclair silence adieu




2. Sonnet sur le même sujet

musique Gorgé livret Meens

îles aux grands balancements tordus
mains lancées haut très ouvertes jetées
au-devant de secouements ravageurs
mille guenilles trempées dégoulinent

vieille tempête au coin du bois reçue
faut voir comme une volée de bois vert
oui et ça gueule haillons agrippés
charpies déchirées essorée la vieille

et ça nie ça ne rompt point ça enrage
entendez-vous l’envers l’ordre des choses
retournées la bourrasque entretenue

chevauchée ralentie qu’on en jouisse
à grands coups de trique à bride abattue
un chêne a craqué trop tôt vieux trop mort




3. Brumaire

musique Gorgé livret Meens

brumaire ça n’a pas marché brumaire
les bois exaspèrent le bruit de l’eau
il est prévu que demain fera beau
pour le moment gris bouffi de chimères


en bas des cochons bronchaient dérangés
des cris de la colère pour changer
quand vient la nuit la nuit fut blême et verte


où la lucarne la vie grand ouverte




4. Arbres

musique Gorgé livret Meens

arbres vous m’appelez j’approche
celui-là me fait signe lequel et pourquoi
mes bras mains et joue sans reproche
les voici étranger soudain seuls toi et moi


un autre plus loin me voudrait
bras offerts et joue sans regret
allons je cours du chêne au hêtre qui soupire


arbres devinez-moi car les hommes vont rire




5. L’Hiver

musique Gorgé livret Meens

l’hiver le plus petit des cailloux porte un nom
c’est une ombre longue que le soleil parraine
nous marchons sur un monde et nous le comprenons
ce gravier crie les arbres dorment et le froid règne

au fond du bois des hommes se croient quelque chose
ceux-là sont très armés grands chiens et gros fusils
nous les éviterons de peur qu’un hasard n’ose
une balle perdue mon cœur en fut saisi

allons debout file gagne ton cabanon
ta grotte ton gîte ton trou de musaraigne
couard pleutre poète nous nous comprenons



peu me chaut le courage où je nomme une reine




article précédent : Avec les oiseaux

article suivant : Les embrasseurs d’arbres