Accueil > Nouvelles > Bénéfices du succès, mode sans échec

Bénéfices du succès, mode sans échec

Les Revenants à Marseille : un film
27 novembre 2011, par Dominique

Les Revenants est revenu sur l’écran du Polygone étoilé, à Marseille, le samedi 26 novembre, à 2 heures. C’était à l’occasion de la Semaine asymétrique 2011.

Céline Bellanger, qui m’avait proposé de participer à ce moment des activités du Polygone, souhaitait voir le film, car si elle avait lancé la projection en septembre, elle n’y avait pas assisté, et si elle avait écouté chez elle la bande son, une bande son ne fait pas un film.

Je lui proposais d’attendre nos spectateurs à l’entrée d’un tunnel, sur un écran noir donc, et de lancer la bande son là-dessus. Elle en fut d’accord, malgré le caractère, que je lui indiquais immédiatement, artistique de la modification. D’ordinaire, je préfère y aller « à l’arrache ». Cette fois, nous respections la règle de la salle de cinéma.

Bien nous en a pris. Trois heures trente deux minutes plus tard, le train norvégien s’arrêtait en gare de Åi (image satellite ci-dessus) au moment où la bande son concluait d’un « Merci à tous ». Céline Bellanger et moi-même en fûmes très réjouis, d’autant que les dieux nous avaient tout du long soutenus de rencontres significatives entre l’image et le son.

Bref, ce succès m’a permis de constater plus tard comme j’avais été marqué par “L’anticoncept” de Wolman (l’homme du « à l’arrache » écrit plus haut). En effet, les tunnels nombreux qu’emprunte la voie de chemin de fer de Bergen à Oslo réalisent à leur manière l’alternance du noir et de la lumière du film de Wolman.

Enfin, le doigt mis dans la confiture veut y retourner. Aussi la prochaine nuit exaspérante devrait être l’occasion d’un film suivant.


article précédent : Les Embrasseurs d’arbres

article suivant : Ebooks libres et gratuits

Article au hasard :

Image
L'île lisible

un deuxième essai sur le signifiant dans la nature

assezvu © 2018 contact