Accueil > Nouvelles > Report à France Culture

Report à France Culture

changement de date
3 novembre 2011, par Dominique

Voilà un bail que nous avons noté le rapport entre l’actualité et la culture. On ne sait d’ailleurs plus si la culture est actuelle ou l’actualité culturelle. On voit que la semaine spéciale Stein alaradio tient compte de l’actualité Stein aumusée, on voit moins pourquoi : est-ce de vouloir en faire la publicité, ou veut-elle en tirer parti publicitaire ?

Questions brumeuses, quoique orientées.

Bref, notre émission prévue le 8 a giclé le 15.

Et comme l’a dit mon voisin de palier : « je m’en fiche, j’la podecaste sur mon ailphone ! »

PUBLICITÉ : ce lien vous conduira aux premières pages de la traduction de Tender buttons de Gertrude Stein par notre ami Jacques Demarcq aux éditions NOUS

Réfléchissant aux mondanités qui avaient décidé d’une semaine Stein alaradio, j’imaginais une conversation entre le patron de la dite et le commissaire de l’exposition, le jour du vernissage. Comment viennent les « idées », n’est-ce pas, sinon de conversations de ce genre ?

Ou, plus tard, parce qu’il n’y a pas grand nombre de visiteurs, malgré Talaramasse et Labération : « quand même, tu devrais avoir dans tes archives quelques trucs sur Stein ! Passe-les, ça les réveillera peut-être, ces balourds ! ».

Le contraire, plutôt ? « Je suis allé au grand palais, un monde fou ! Il faut qu’on fasse quelque chose là-dessus ! » Bref, on fait avec c’qu’on a.
Tenez, il fallait fêter le centième anniversaire de Bartok à Montreuil en 1981, allez savoir pourquoi. Le directeur de la direction culturelle se tourne vers moi : j’ai fait avec ce que j’avais. Ce fut le premier concert du grand orchestre d’Un Drame musical instantané.

La couleur, le style, le rythme, mondains, que s’est progressivement donnés telle radio ne sort pas d’une décision prise en haut lieu, « Soyons mondain ou nous ne serons rien ! »

À moins que les nominations de tel et telle aux postes de direction de la dite soient, elles, décisions prises au Château. Tout un monde, encore.

Je prie les visiteurs du site d’excuser cette note de tempérament très « blogal » ou « blogulaire ». Je tâcherai de ne plus me compromettre ainsi ultérieurement.


article précédent : Radafionie

article suivant : Les Embrasseurs d’arbres

Article au hasard :

Image
L'île lisible

un deuxième essai sur le signifiant dans la nature

assezvu © 2018 contact